UN FILS D’APOLLON : ASCLEPIOS

Asclépios n’est pas un héros parmi d’autres. Un héros thessalien puis épidaurien, longtemps obscur, qui a été élevé à la classe des dieux, séduit de plus en plus les fidèles, à partir de la fin du ve siècle.[1] Athènes l’a inséré, dès le début de la guerre du Péloponnèse, et lui dédie successivement des temples. Son nom est un composé de Aiglè «Αίγλη », surnom de Coronis, qui, comme nom commun, désigne la blancheur éclatante du soleil et de  èpios  « Ήπιος» qui signifie doux et favorable.[2] Ainsi, la version la plus répandue de sa légende fait de lui le fils d’Apollon et de Coronis, fille du roi des Lapithes, Phlégyas.

Il n’y a aucune doute que la tradition des ses «enfances » est très complexe. Isyllos, poète épidaurien du IVe siècle  déclare que Asclépios est né sur le Mont Kunortion dans le sanctuaire d’Apollon Maléatas, d’où son épithète Asclépios Maléatas. Plus tard, Pausanias orne son histoire avec des détails plus romanesques en écrivant que Coronis ayant donné le jour à son fils, elle l’abandonne au mont Myrgion et Asclépios survit  grâce à une chèvre et un chien. Cette légende peut être mise en rapport avec la défense de sacrifier  des chèvres à Asclépios et avec la représentation d’un chien auprès de sa statue d’Epidaure.[3]

Quant à Homère, Asclépios est d’origine thessalienne et le fils de l’infidèle à Apollon, Coronis. Apollon punit cruellement Coronis en lui mettant aux flammes du bucher funéraire. Or, le dieu arrache Asclépios aux entrailles de sa mère  avant que celle-ci se soit consumée. Asclépios s’est confié au Centaure Chiron dont l’enseignement fait lui « le doux artisan de la santé robuste » comme c’est écrit par Pindare. Il  avait reçu d’Athèna de ressusciter les morts avec le sang des veines du côté droit de la Gorgone et, peut-être aussi, de donner la mort avec le sang du côté gauche, comme Davreu Robert écrit. Néanmoins, Asclèpios a largement fait usage du remède et quant aux plaintes d’Hadès destinées à Zeus il menaçait l’ordre de l’univers. Zeus le foudroie et la fin se met à la carrière terrestre du héros. Dès ce moment, Asclépios alla rejoindre les cieux où il réapparaît désormais chaque nuit sous la forme du Serpentaire, constellation aussi appelée Ophiuchus « Οφιούχος » c’est-à-dire celui qui tient le serpent, ou encore Esculape, nom latin d’Asclèpios.ophiuchus2

Actuellement, Asclépios et son sanctuaire faire  la ville d’Épidaure, sur la côte nord-est du Péloponnèse, célèbre  alors que les belles constructions se sont aussi multipliées au ive siècle en son honneur. Ce sanctuaire est devenu l’un des grands sanctuaires panhelléniques et ses succursales comme  celle à Gortys, en Arcadie, à Kos et à Pergame se reproduisent au IVe siècle et à l’époque hellénistique.

[1] André-Jean FESTUGIÈRE, Pierre LÉVÊQUE, « GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) – – La religion grecque »,Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2015. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/

[2] Robert DAVREU, « ASCLÈPIOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2015. URL :http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/asclepios/

[3] LEVEQUE P., SECHAN L., Les grandes divinités de la Grèce, Paris, ARMAN COLIN, 1990, p.227

Konstantina Raftopoulou

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s