L’Architecture et l’Histoire Archéologique du Théâtre d’Epidaure

Bancs du théâtre d'Epidaure
Bancs du théâtre d’Epidaure

Localisé sur  une pente  de 26 degrés sur la façade nord du mont Kynortio, dans la Péloponnèse, le théâtre d’Epidaure est avant tout connu pour son architecture exceptionnelle. Le théâtre est divisé en deux sections qui sont à leur tour séparées par des rayons semi-circulaires. La section la plus basse possède 34 rangées de bancs, et les gradins supérieurs en ont 21. Les 8 gradins du centre ont des bancs en courbes.  De forme elliptique, le plan au sol, compte un mur de soutènement à chaque extrémité. Il y avait aussi l’édifice de scène qui était sur deux étages. La façade du deuxième étage devait comporter des grandes ouvertures où des peintures ou des toiles de fonds devaient être employés. Comme lien entre la scène et les murs de soutènement de la grande salle, sont les colonnes ioniennes qui flanquent les deux portes. L’architecture très géométrique de ce théâtre, a permis des acoustiques excellentes. C’est Pausanias qui a visité ce théâtre vers le milieu du 2ème siècle après J.C, et exprime son enthousiasme devant  la beauté et la symétrie de cette structure formidable ; il va attribuer Polykleitos, comme étant l’architecte de cet édifice, mais aussi des tholos, et du sanctuaire.

Plan du théâtre d'Epidaure
Plan du théâtre d’Epidaure

Nous allons à présent parler de l’histoire archéologique de ce théâtre. Le théâtre d’Epidaure a été utilisé continuellement pendant plusieurs siècles. En 395 après J.C les Goths vont envahir la Péloponnèse et ils ont intentionnellement détruit en partie ce théâtre. Ensuite en 426 après J.C, Theodosios le Grand va interdire toute activité en lien avec le Sanctuaire d’Asclépios. Le théâtre tombe alors en désuétude, après près de mille ans de service. La préservation du site se fait de manière hétérogène, l’auditorium va être recouvert d’une petite couche de terre, et donc mieux conservé, alors que les bâtiments de scène se font pillés pendant la domination vénitienne et turque. En 1881 l’Archaeological Society commence les fouilles, et c’est à ce moment-là, qu’on se rend compte que l’auditorium est encore en bon état et qu’il lui manque seulement ses murs de soutènement. Le théâtre va connaître un deuxième essor, ceci va donc pousser une demande commerciale du théâtre. En conséquence il y aura des mauvaises restaurations faites en vitesse sur l’auditorium. En 1907, le couloir à l’ouest et les murs de soutènement seront réparés. Après la deuxième guerre mondiale, le but est de rendre le théâtre utilisable pour les fêtes de l’été ; et donc de 1954 à 1963, il y aura des fouilles et des restaurations vastes demandées par le département du ministère de l’éducation grec de la restauration, sous la gestion d’Anastassios Orlandos. C’est en 1988 que commencera la troisième phase de restauration ; c’est l’association pour la conservation des monuments d’Epidaure sous la direction du ministère de la culture qui s’en occupera. Des centaines de bancs, le conduit de drainage de l’auditorium et la porte ouest seront restaurés. Enfin en 1988, l’UNESCO déclare le sanctuaire d’Asclépios comme site de l’héritage mondial.

– Laura Gravias

Liens:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s